Aviation et CO2 : les chiffres clés

puce Le transport aérien intérieur et le secteur des transports sont respectivement à l’origine de 1,4% et 35% des émissions de CO2 de la France (2013 - Centre Interprofessionnel Technique d'Etudes de la Pollution Atmosphérique (CITEPA).

Le transport aérien intérieur émet en 2013 5,1 millions de tonnes (Mt) de CO2, dont une part importante (48%) est liée à la desserte de l’Outre-mer. Il représente 3,9% du secteur des transports.

Ce sont les données publiées dans le cadre de l’inventaire national des émissions au format UNFCCC (United Nations Framework Convention on Climate Change).

Dans une vision plus large, les émissions totales de CO2 du transport aérien de France comprennent en plus celles liées au trafic international (au départ). En les intégrant, les émissions globales s’élèvent à 21,3 Mt en 2013, en diminution de 0,8% par rapport à l’année précédente (CITEPA, valeur recalée par les ventes carburant aviation en France).

puce Depuis 1990, les émissions de CO2 de l’aviation en France ont progressé de +60% passant de 13,3 millions de tonnes à 21,3 millions de tonnes en 2013, pour un nombre de passagers-kilomètres-transportés (PKT) en croissance de 168% sur la période équivalente.

- Depuis 2000, les émissions de CO2 liées au trafic intérieur sont en nette diminution (-18%) : 5,1 millions de tonnes de CO2 en 2013 contre 6,2 en 2000. Au-delà des gains d’efficacité énergétique, le report modal au bénéfice du TGV a participé à ces résultats.

Une baisse du trafic aérien intérieur est attendue pour les prochaines années sur l’ensemble des liaisons desservies par le TGV. Ces émissions ont baissé entre 2012 et 2013 (-0,4%).

- Les émissions de transport aérien international (16,2 millions de tonnes de CO2) représentent 76% des émissions totales du transport aérien en France et sont quant à elles, en progression de 11,7% par rapport à 2000 (14,5 millions de tonnes), pour un trafic en croissance de 58% en termes de passagers-kilomètres-transportés.

 

Émissions de CO2 du transport aérien français

graphique

Émissions de CO2 du transport aérien français

Millions de tonnes CO2
1990
2000
2008
2009
2010
2011
2012
2013
Transport aérien intérieur
4,3
6,2
4,8
4,7
4,7
5,0
5,1
5,1
Transport aérien international
9,0
14,5
17,6
16,2
16,2
16,8
16,3
16,2
Total aérien (France)
13,3
20,7
22,4
20,9
20,9
21,8
21,4
21,3

 

Source: CITEPA (valeurs recalées par les ventes carburant aviation en France)



Le développement du trafic aérien s’est accompagné d’une amélioration continue de l’efficacité énergétique : ainsi depuis 1990, les émissions de CO2 par passager/fret-kilomètre-transportés ont diminué de 34%.

Evolution des émissions par passager aérien transporté entre 1990 et 2013
Source : CITEPA, DGAC

Émissions de CO2
par passager/fret-
kilomètre-transporté
Transport aérien intérieur

-28 %

Transport aérien international

-35 %

Total aérien

-34 %

 

La consommation de carburant par l’aviation a d’autres effets sur l’atmosphère (effets des NOx, traînée de condensation…). Toutefois, ces effets sont actuellement difficilement quantifiables. C’est pourquoi, dans l’attente des résultats de recherches complémentaires, ce calculateur ne présente que les émissions de CO2.

 

Les échanges de permis d’émissions

La directive 2008/101/CE du 19 novembre 2008 de la commission européenne intégre les activités aériennes dans le système communautaire d'échange de quotas d'émissions. Ce système couvre l’ensemble des vols au départ et à l’arrivée d’un aéroport européen. Pour 2013, ce champ a été temporairement restreint aux vols intra-européens.

L’objectif est d'inciter les compagnies aériennes à réduire leurs émissions par rapport aux niveaux atteints en 2004/2006. Pour y parvenir, elles disposent de différents moyens comme le renouvellement de leur flotte, l'amélioration des conditions d’exploitation, l'optimisation de leur réseau, etc. Si malgré cela, leurs émissions sont excessives, elles doivent acheter des quotas afin de les compenser exactement.

La commission européenne a attribué chaque exploitant à l’état européen dans lequel il émet le plus de CO2. La DGAC s’occupe ainsi de plus 300 exploitants. Chaque autorité compétente a la charge d’effectuer le suivi des émissions des exploitants qui lui sont attribués.


 


Création de la DGAC en partenariat avec l'agence web overscan